J’ai fondé Meilleurs jours parce que je ne veux plus que les femmes passent à côté de leur vie.

90 % des femmes ne sont pas bien avec leur corps. 90!!!

Ça signifie que la grande majorité des femmes perd des heures in-cal-cu-la-bles à détester l’image qu’elles voient dans leur miroir. À se comparer à des modèles inatteignables, à se peser chaque jour, à dépenser des milliers de dollars dans des diètes qui ne fonctionnent… jamais.

Des femmes trop honteuses de leur corps pour profiter d’une intimité sexuelle, trop occupées à se démener au gym pour faire la routine-dodo avec les enfants, trop gênées d’être grosses pour réaliser leurs rêves et envies. C’est pas terrible, ça?

De cette réalité sont nés une tristesse, une révolte personnelle, un militantisme et un grand sentiment d’amour pour les femmes. De cette idée, j’ai fondé Meilleurs jours en 2020, pour que le plus de femmes possible puissent s’offrir le cadeau d’une vie : faire (enfin!) la paix avec leur enveloppe.

Je veux que les femmes voient tout ce que leur corps fait de fabuleux. Le corps danse, nourri, porte, fabrique, touche, bouge, guérit, s’exprime. Le corps vit, et c’est un miracle en soi

Pourtant, on le réduit toujours à ce dont il a l’air. Je nous souhaite tellement plus! Je nous souhaite d’arrêter de passer à côté de nos vies.

En parallèle, je fais un pied de nez aux industries des diètes et de la beauté qui nous font toujours croire qu’on est trop, ou pas assez. Qui renforce l’idée que les femmes doivent accorder une importance capitale à leur corps pour être heureuses. Voyons donc, ce n’est pas ÇA, le bonheur.

Grâce au merveilleux du numérique, je peux aujourd’hui accompagner plus de femmes (mes Queens!) à faire la paix avec leur corps. Faire la paix avec son corps, c’est libérer du temps pour ce qui compte vraiment. Et vivre une vie douce et légère.

Depuis 7 ans, ici et en clinique, j’ai accompagné plus de 100 femmes. J’ai déjà hâte d’en accompagner 100 autres, puis 100 encore. Ici, on niaise pas avec la puck!

Me détacher de mes préoccupations corporelles m’a rapproché de mon mari et de mon fils. Tout le temps que je consacrais à modifier mon apparence, je peux maintenant l’accorder à ma famille. Ça fait du bien à tout le monde.
Flora

Avant d’aller plus loin, j’aimerais confirmer que nous sommes un bon match, toi et moi.

Le projet Meilleurs jours repose sur des commandements absolument non négociables.

Il n’y a aucune place pour la grossophobie et la culture de la diète.
Les enseignements sont toujours basés sur la science.
La neutralité corporelle prime sur le le body positive.
On évite les courants toxiques comme la « fitspiration ».
On nourrit un safe space de bienveillance et de sororité pour toutes les femmes qui souffrent de leur poids et image corporelle.

Ces commandements résonnent en toi? Tu es une Queen!

On est faites pour s’entendre.

Je trouve ça drôle d’avoir idéalisé pendant tellement d’années le moment où je me sentirai bien dans mon corps et finalement ma grande victoire c’est que je n’y pense plus vraiment. Parce que je suis juste bien dans ma vie. Mon corps n’est plus le centre de mes préoccupations. Quel soulagement!
Caroline

Une petite histoire d’enfance, de feu et de féminisme.

Enchantée! Je suis Dre Charlotte Gamache, mais je préfère qu’on m’appelle Charlotte tout court. Je suis maman, amoureuse, féministe, fondatrice de Meilleurs jours et psychologue (docteure en psychologie), spécialisée en image corporelle et troubles de la conduite alimentaire.

Mon envie d’accompagner les femmes à se sentir mieux dans leur corps vient de loin. J’ai eu une maman boulimique,  adepte de chirurgies plastiques et éternellement insatisfaite de son apparence physique.

J’ai également souffert de dysmorphie corporelle sévère à 19 ans. Mes proches et mon médecin avaient beau me dire que tout était normal, rien n’y faisait. La seule chose que je voyais, c’étaient mes poils. J’en ai fait une vraie obsession.

Puis, après l’université, j’ai travaillé dans une clinique pour troubles de la conduite alimentaire. Mais toujours, une colère montait en moi : des listes d’attentes (trop) volumineuses et l’incapacité d’accompagner toutes les femmes.

Cette même colère m’envahit lorsque je constate les idéaux corporels ridicules de la société et à quel point les femmes en souffrent. C’est le feu dont j’ai besoin pour mettre en place ma petite révolution personnelle.

C’est là que l’idée de Meilleurs jours a germé. Pour aider les femmes à reprendre le contrôle de leur corps, et surtout, à ne pas passer à côté de leurs vies.

Et pour former les professionnelles qui voudraient, comme moi, accompagner les femmes vers une transformation de leur image corporelle. Parce que malheureusement, au Québec et en francophonie, très peu de professionnels sont adéquatement formés.

Meilleurs jours est l’aboutissement de mes 7 années d’expertise clinique.

Aujourd’hui…

✨ J’accompagne les femmes et les professionnelles (psychologues, nutritionnistes…) à travers mes programmes et ateliers (dont En paix avec mon corps, le tout premier programme sur l’image corporelle

✨ Je m’implique comme membre ASDAH (Association for Size Diversity and Health et ambassadrice HAES (Health at Every Size)

✨ Je suis invitée comme leader d’opinion sur différents médias numériques, télé, radio et écrits (voir plus bas!)

Je me sens mieux, de jour en jour et c’est très très libérateur! Juste écrire ces mots j’ai les larmes aux yeux. (…) L’autre jour j’ai même dansé toute seule en bobettes dans ma chambre et j’ai pleuré de joie tellement je me sentais bien! Bref, MERCI.

Vanessa

Tu veux en savoir plus sur moi?

  1. Je suis Québécoise, expatriée en France, et tombée en amour avec la magnifique Bretagne où je vis. J’adore l’Europe et la mer, mais le Québec restera toujours #1 dans mon cœur! Aujourd’hui, j’accompagne des femmes de partout en francophonie.

     

  2. J’ai déjà dénoncé une maison d’édition qui commercialisait des livres pour enfants aux images ultra sexistes. Victoire, lesdites images ont vite été remplacées. Je n’hésite jamais à me payer la traite, et ça, ça veut dire dénoncer l’inacceptable.

  3. J’ai un grand esprit de communauté. J’aimerais beaucoup vivre dans un minuscule village où tous s’entraident et sont là les uns pour les autres. En attendant, c’est le genre de sentiment que je tente de créer avec mes Queens.

     

  4. Outre ma passion pour le jardinage, le vin nature et la culture, pendant ma grossesse, je me suis découvert une passion pour la couture et le DIY. Tellement que j’ai commencé à fabriquer ET à vendre mes coussins et ils ont eu pas mal de succès! L’âme entrepreneuse, vous dites?

     

  5. Petite, je n’étais pas très bonne à l’école. Aux grands, je leur répondais qu’au moins, j’avais du fun! Plus tard, j’ai commencé à avoir des meilleures notes pour pouvoir continuer en psychologie, mais aujourd’hui, cette notion de plaisir (et de petites taquineries!) a un gros pouvoir thérapeutique sur mes clientes.
Depuis que j’ai suivi ton programme, je me sens plus forte, prête à rejeter les standards de beauté ridicules qu’on nous impose et prête à enfin vivre ma vie comme je l’entends!

Sarah

J'ai été vue et entendue sur...