fbpx

Manger ses émotions : l’enjeu qui se traite le mieux

Est-ce qu'il t'arrive de manger alors que tu n'as pas faim? Manger parce que tu es stressée, triste, en colère ou que tu t'ennuies? Dans cet article, je vais t'expliquer comment ne plus avoir besoin de te réfugier dans la nourriture quand ça va moins bien.
manger ses émotions

Tout le monde mange ses émotions

Précisons un point très important avant de commencer : l’alimentation émotionnelle, ça concerne tout le monde! Une petite gâterie pour se féliciter d’avoir bien travaillé, une petite douceur pour terminer sur une meilleure note une journée éprouvante, une soupe bien chaude pour les journées où on n’est pas au sommet de sa forme… Bref, la nourriture accompagne nos états affectifs, et il n’y a aucun mal à ça! Pourvu que tu en aies conscience lorsque cela se produit et que ce soit assumé.

En revanche, il s’agit d’un problème si la nourriture est l’un de tes principaux moyens, voire ton seul moyen, de réguler les émotions négatives désagréables que tu éprouves.

Comment savoir si tu es en train de manger tes émotions? Très simple : pose-toi la question « Est-ce que je mange par faim? ».

Si le fait de manger ne répond pas à un besoin physiologique, il répond probablement à un besoin émotionnel.

Malheureusement, si ce sont des émotions douloureuses que tu cherches à apaiser, il y a peu de chances que la nourriture t’apporte l’apaisement que tu espères. Au contraire, après avoir trop mangé, tu vas plutôt te sentir coupable, dégoûtée, en colère ou honteuse.  Tu vas éprouver toutes ces émotions… en plus du mal-être qui t’habitait initialement.

Une impression de déjà-vu, n’est-ce pas?

« Les chips ou le chocolat ont peu d’impact sur la situation qui te fait de la peine ou qui t’inquiète. »

Les personnes qui ont davantage tendance à manger leurs émotions ont en général plus de difficulté à reconnaître et à réguler leurs émotions. Elles éprouvent un état de tension ou d’inconfort diffus avec lequel elles ne savent pas quoi faire. Sans prendre conscience de l’état affectif qui monte en elles, elles ne peuvent le réguler adéquatement.

D’autres parviennent à identifier la nature de l’inconfort, mais ne savent tout simplement pas comment le traiter. Pour ces personnes, la nourriture a une fonction régulatrice extrêmement importante. Au moins, il y a quelque chose qui t’accompagne quand ça ne va pas. Mais tu l’auras compris : les chips ou le chocolat ont peu d’impact sur la situation qui te fait de la peine ou qui t’inquiète. C’est une solution qui procure certes une satisfaction à très court terme, mais qui ne fonctionne pas à moyen terme

Quelques recommandations pour toi!

  1. Dans un premier temps, je te conseille de tenir compte de la précieuse fonction qu’occupe la nourriture dans ta vie. Plutôt que de te blâmer lorsque tu manges tes émotions, offre-toi de la compassion : tu n’as pas appris à réguler adéquatement certaines émotions et cela engendre plusieurs difficultés personnelles. Ce n’est pas une question de paresse ou de manque de volonté.
  2. Garde en tête que les émotions ne servent pas à t’embêter. En fait, elles sont d’une grande utilité! Les émotions que tu vis sont des sources d’information et de motivation extraordinaires. Elles signalent notamment l’existence d’un problème et t’indique ce dont tu as besoin : réconfort, plaisir, soutien, affirmation de soi, changements, etc. Les émotions douloureuses sont donc normales et attendues.
  3. Rappelle-toi que les émotions ne durent qu’un temps seulement. Elles ont un début et une fin. Aussi désagréables qu’elles peuvent être. Plutôt que de lutter contre elles, apprends à leur faire une petite place en toi. D’ailleurs, peut-être as-tu déjà entendu la phrase suivante: “Ce à quoi tu résistes persiste, ce à quoi tu fais face s’efface”.
  4. Prends le temps d’identifier l’émotion qui monte en toi et qui te donne envie de manger. L’exercice n’est pas toujours facile, mais avec de la pratique, tu vas certainement t’améliorer! Tu remarqueras peut-être aussi que ce sont souvent les mêmes émotions qui reviennent.
  5. Tu peux aussi te demander : « De quoi ai-je besoin? ». Parce que chaque émotion signale un besoin non comblé. Ainsi, en apprenant à répondre à tes besoins de manière adéquate, tu n’auras plus besoin de la nourriture comme tu en as besoin aujourd’hui.

« Tu seras beaucoup plus épanouie, car tu auras appris à répondre plus efficacement à tes besoins affectifs. »

Si tu es déterminée à arrêter de manger tes émotions, je te félicite d’emblée puisqu’il s’agit d’une belle prise de conscience et d’une super résolution. Le chemin ne sera pas toujours agréable, car cet objectif implique de faire face à de l’inconfort affectif plutôt que de chercher à l’éviter comme tu as tendance à faire.

Par contre, ce que je peux te promettre, c’est que la satisfaction d’avoir réussi sera immense! Non seulement tes compulsions disparaîtront, avec toute la honte, le dégoût et les remords que cela te faisait vivre, mais tu seras beaucoup plus épanouie, car tu auras appris à répondre plus efficacement à tes besoins affectifs. Pas mal, non? 

Découvre mon nouveau programme Manger ses émotions

Si toi aussi tu as tendance à manger tes émotions et que ça ne te fait pas sentir bien… il y a toujours une raison (il suffit de trouver la tienne!).

J’ai pour toi mon nouveau programme Manger ses émotions.

Pour enfin vivre tes émotions – sans les manger.

Partagez