L’autocompassion corporelle

Comment accepter son corps quand on éprouve des sentiments négatifs envers lui comme du mépris et du dégoût? Dans cet article je vais te présenter un outil puissant qui va te permettre de diminuer ces sentiments négatifs et qui va t’apprendre à te sentir connectée à ton corps et le traiter avec bienveillance.

Un amour de soi au conditionnel

Dans un monde idéal, je n’aurais pas besoin d’écrire cet article et vous n’auriez pas besoin d’apprendre cette habileté. Malheureusement, la réalité est bien différente.

Dans les faits, nous avons tous beaucoup de mal à nous accorder la même bienveillance que celle que nous offrons d’emblée aux autres. Les raisons sont nombreuses et je ne m’attarderai pas sur ce point pour l’instant.

« L’autocompassion, c’est la capacité à se traiter avec gentillesse. »

Le grand problème ici est que l’amour qu’on s’accorde à soi est conditionnel. On s’aime bien quand on travaille fort, quand on performe, quand on se sent belle, etc. Mais qu’en est-il des moments d’échec? Face à ceux-ci, on a tendance à retirer illico la douceur, la gentillesse et même l’amour qu’on s’accorde. On ne s’aime pas, on est en colère contre soi-même et on a honte de la personne qu’on est. On peut même devenir son propre bourreau.

Or, c’est précisément dans ces moments difficiles que nous avons le plus besoin de douceur.

Apprendre à traiter son corps comme on traiterait un bon ami

L’autocompassion c’est donc ça: se traiter comme un être cher qu’on n’arrête pas d’aimer au moindre faux-pas. Dans des situations d’échec, plutôt que de se juger ou de se critiquer, on apprend à faire preuve de compréhension et de gentillesse à notre égard. Parce qu’après tout, l’échec est une expérience douloureuse qui mérite toute notre compassion.

« On peut se montrer sévère à l’égard de notre corps et manquer grossièrement d’empathie pour lui. »

L’un des thèmes face auquel on gagnerait énormément à faire preuve d’autocompassion est notre corps. Bien souvent, notre apparence physique suscite des sentiments d’inadéquation ou d’échec. On peut se montrer sévère à l’égard de notre corps et manquer grossièrement d’empathie pour lui.

Les bienfaits de l’autocompassion

Plusieurs études ont documenté les bienfaits de l’autocompassion sur l’image corporelle et l’alimentation. Ces bienfaits sont énormes. Écoutez un peu! L’autocompassion est associée à une diminution de l’intensité des TCA, une diminution de la culpabilité alimentaire et une meilleure adhésion à l’alimentation intuitive.

Elle est également associée à une diminution de la honte corporelle, une diminution des préoccupations pondérales et une meilleure image corporelle. En plus de protéger l’estime personnelle et de favoriser une meilleure hygiène personnelle.

« L’autocompassion est associée à une diminution de l’intensité des troubles de la conduite alimentaire et une diminution de la culpabilité alimentaire. »

Ça donne envie, n’est-ce pas?!

Si tu souhaites découvrir ce bel outil, j’animerai de nouveau mon atelier d’introduction à l’autocompassion corporelle le mardi 13 juillet. Pour plus d’informations, visite la page de l’événement 😊

Fais vite car les places sont limitées!

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin