Se réconcilier avec son corps grâce à l’autocompassion

Qui a dit que la compassion était réservée aux autres? Nous aussi nous avons besoin de compréhension, de douceur et d'empathie! Dans cet article, je t'apprends comment l'autocompassion peut t'aider à faire la paix avec ton corps.

À quand remonte la dernière fois que tu as éprouvé de la compassion pour quelqu’un?

Une personne vivant avec une maladie grave, une amie qui a perdu son emploi, un couple qui se sépare, un enfant qui vit de l’intimidation, etc. Les situations susceptibles de susciter de la compassion en nous sont nombreuses.

Te souviens-tu des sensations que la compassion avait alors suscitées en toi? 

Tu t’es probablement sentie interpellée par la souffrance de l’autre, touchée par son expérience. Le temps d’un instant, tu t’es sentie connectée à elle. Tu as peut-être même éprouvé de la douceur, voire de la tendresse pour cette personne.

Comment fonctionne l’autocompassion?

L’autocompassion fonctionne exactement de la même façon. Plutôt que de réagir avec dureté ou intransigeance face à nos propres limites et difficultés, l’autocompassion signifie qu’on s’offre la même douceur qu’aux autres. Après tout, qui a dit que la compassion était réservée à tout le monde sauf à soi?

Éprouver de la compassion pour soi peut être difficile parce que ça requiert de se donner le droit d’être imparfait.

« Qui a dit que la compassion était réservée à tout le monde sauf à soi? »

On ne sera jamais parfait et notre vie ne le sera pas non plus. On va connaître des déceptions, des échecs et des pertes. On va commettre des erreurs. On va être freiné par nos propres limites et certains de nos rêves ne se réaliseront jamais. Cela fait partie de l’expérience humaine. Plutôt que de lutter contre cette vérité, il vaut mille fois mieux l’accepter. Cela t’aidera à faire de la place dans ton cœur pour de la compassion à ton égard.

Comment appliquer l’autocompassion à l’image corporelle?

Il en va de même pour notre corps. Lui non plus n’est pas parfait. Nous avons toutes de la cellulite, des vergetures, des rides, du gras, etc. Et bien que l’expérience de complexes physiques soit absolument universelle, on continue de considérer ces imperfections comme des anomalies, quelque chose qui ne devrait jamais exister. 

L’imperfection physique, bien que des plus normales, est considérée comme inacceptable. Se faisant, on éprouve un sentiment d’échec, voire de honte face à celle-ci. 

Et quand on se sent inadéquat, on est dans le jugement de soi, pas dans la compassion.

« C’est réellement souffrant d’avoir un corps imparfait dans une société qui prône autant la beauté physique. »

Or, c’est réellement souffrant d’avoir un corps imparfait dans une société qui prône autant la beauté physique. C’est douloureux de se sentir laide, grosse, inférieure. Cette douleur est bien réelle et mérite notre considération.

C’est ici qu’intervient l’autocompassion corporelle : arrêtons de nous détester pour la forme de notre corps. Faisons plutôt preuve d’empathie parce qu’il n’est pas comme nous le souhaiterions.

Les bienfaits de l’autocompassion

Plusieurs études ont documenté les bienfaits de l’autocompassion sur l’image corporelle et l’alimentation.

Ces bienfaits sont énormes. Écoute un peu!

L’autocompassion est associée à une diminution de l’intensité des TCA, une diminution de la culpabilité alimentaire et une meilleure adhésion à l’alimentation intuitive.

Elle est également associée à une diminution de la honte corporelle, une diminution des préoccupations pondérales et une meilleure image corporelle. En plus de protéger l’estime personnelle et de favoriser une meilleure hygiène personnelle.

« L’autocompassion est associée une meilleure image corporelle. En plus de protéger l’estime personnelle »

Ça donne envie, n’est-ce pas?!

Si tu souhaites découvrir ce bel outil, j’animerai de nouveau mon atelier d’introduction à l’autocompassion corporelle le mardi 13 juillet. Pour plus d’informations, visite la page de l’événement 😊

Fais vite car les places sont limitées!

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin